Le gainage de cheminée est obligatoire dans certains cas pour permettre un bon tirage du conduit d’évacuation des fumées. Gainer une cheminée à foyer ouvert est interdit. Par contre, il est obligatoire pour un insert ou une cheminée à foyer fermé. Cela dit, selon l’état de votre cheminée, le tubage peut s’avérer indispensable, par exemple dans le cas d’un problème d’étanchéité.

Recevez des devis gratuits pour vos travaux de cheminée

Que dit la loi sur le gainage de conduit de cheminée ?

Tout comme le chemisage, le gainage désigne une opération qui consiste à tuber un conduit de cheminée. Sachez que dans une construction, le conduit de cheminée est la partie la plus souvent maçonnée. Celle-ci doit être effectuée conformément aux normes, de manière à résister à une température élevée et à demeurer parfaitement étanche. Le gainage d’un conduit de cheminée est obligatoire dans certains cas, notamment pour toutes les constructions neuves depuis 2012. Pour les anciennes constructions, cette obligation s’applique aux installations à foyer fermé comme :

  • Les inserts,
  • Les poêles, qu’ils sont à bois, au gaz ou au fioul,
  • Les cheminées à foyer fermé.

Dans le cas d’une cheminée à foyer ouvert, il est conseillé de gainer un conduit existant si le diamètre du conduit est trop grand. À cet effet, le gainage permettra de le réduire. Cette opération est aussi recommandée si le conduit est en mauvais état ou s’il présente des fissures.

Dans quel cas faut-il gainer une cheminée ?

Certains problèmes peuvent nécessiter un gainage de cheminée.

Problème d’étanchéité

Celui-ci concerne avant tout les anciens conduits en maçonnerie. Au fil du temps, ces éléments présentent des fissures et des dégâts au niveau du cimentage. Par conséquent, la fumée s’enfonce et se propage dans les espaces attenants. Ce qui peut causer une émanation importante de fumées surchargées de monoxyde de carbone très toxique. D’ailleurs, ce gaz inodore et incolore s’avère mortel. Pour savoir si votre conduit présente un problème d’étanchéité, le ramoneur obstrue le conduit au niveau de la toiture, impulse artificiellement de la fumée et observe le dispositif afin d’identifier les éventuels défauts.

Problème de tirage

Le tirage détermine le mouvement de l’air chaud montant qui se déroule à l’intérieur du conduit. Ce dernier possède de nombreux segments avec une entrée de gaz plus large que la sortie. Cette configuration freine les fumées aidant leur dilution. Cependant, le combustible a plus de mal à évacuer les gaz. Le gainage permet d’adapter l’entrée et la sortie du conduit afin que le tirage ne soit pas trop faible, évitant ainsi une mauvaise évacuation des fumées.

Problème de condensation

Durant la phase de refroidissement, la vapeur d’eau présente dans les fumées subit une condensation. Cette dernière est chargée de gaz toxiques et de composants imbrûlés. Il faut noter que le mélange de ces deux éléments constitue un liquide acide corrosif pour la paroi du conduit de cheminée. Ce phénomène est à l’origine même du bistre qui couvre le conduit, un vrai déclencheur de feu de cheminée. Pour pallier ce problème, les fumées doivent être évacuées dans un conduit étanche, d’où la nécessité du gainage.

Des artisans de votre région estiment gratuitement vos travaux

Comment se déroule le gainage de cheminée ?

De préférence, cette opération doit être réalisée par un ramoneur professionnel doté du matériel nécessaire et adapté à cet effet. Selon la configuration de votre conduit, vous avez le choix entre un gainage rigide ou un gainage flexible. Le tubage rigide est adapté à un conduit de cheminée droit. Il est constitué de morceaux pouvant atteindre 1 m, montés les uns aux autres. En revanche, si votre conduit affiche des coudes, vous devez opter pour un tubage flexible.  

La plupart des tubes possèdent en général un diamètre de 80 à 250 mm. Certains peuvent avoir 2 parois pour renforcer leur résistance à la chaleur. Il est à noter que le gainage doit impérativement être réalisé sur toute la longueur du conduit. De même, la cheminée doit faire l’objet d’un ramonage avant de réaliser cette opération.